PIERRE-AMBROISE BOSSE

Record de France du 800m - En route pour les JO de Rio 2016

Chabanne + Partenaires me donne la possibilité de préparer Rio dans les meilleures conditions possibles

CHABANNE + PARTENAIRES, ARCHITECTE DU SPORT, SOUTIENT PIERRE-AMBROISE BOSSE

Drôle de rencontre entre un spécialiste du 800m et une agence d’architecture : que représente pour vous le Pacte de performance ?
Je remercie Thierry Braillard et Chabanne + Partenaires de me donner la possibilité de préparer Rio dans les meilleures conditions possibles. Au-delà du soutien financier, je suis ravi d’avoir l’occasion de rencontrer des gens d’un autre univers. J’aime être dans l’échange, c’est ce qui m’amuse et m’intéresse. En plus, on peut faire de nombreux parallèles entre le sport de haut niveau et l’architecture : des échéances à respecter, des objectifs, des contraintes techniques à intégrer. Mon échéance, c’est les Jeux Olympiques de Rio cet été, un objectif, en l’occurrence cette compétition très importante pour moi, et des contraintes liées à mon corps, ma nutrition, les différents paramètres de course.
Les valeurs du sport et celles de l’entreprise ont-elles des points communs pour vous ?
Je voudrais déjà insister sur le rôle du sport en tant que source d’apaisement et de détente. Il représente un sas de décompression plus que jamais nécessaire dans le monde d’aujourd’hui. En haut niveau, on apprend également la rigueur qui est une qualité évidemment transposable aux enjeux des entreprises. Et l’esprit d’équipe, valeur forte dans le business, et chez Chabanne + Partenaires notamment, contribue pleinement aux succès individuels de notre sport. Sur un championnat qui va durer une semaine par exemple, il m’arrive de ne courir que les 2 derniers jours. Mais avoir soutenu mes coéquipiers, les avoirs vu remporter des médailles, avoir vécu ces moments de cohésion, me motive, m’aide à me donner au maximum pour faire rayonner toute l’équipe de France !

Quel est votre état d’esprit à quelques mois des Jeux Olympiques de Rio?

J’ai déjà eu la chance d’affronter une échéance olympique, à Londres. J’avais 20 ans et une certaine fougue due à ma jeunesse ! Aujourd’hui, je suis dans un autre état d’esprit, mon objectif est différent, plus ambitieux pour ne rien vous cacher.  Je me prépare depuis 4 ans à cette course de Rio. En ce moment, c’est 12 entraînements par semaine qui se terminent souvent en vomissant, entrecoupés de siestes récupératrices, une de mes spécialités! Le 800 mètres exige d’être aussi rapide qu’endurant, alors la douleur et la souffrance font partie intégrante de l’entraînement. Mais j’éprouve aussi beaucoup de plaisir et j’aime ce mélange de sensations. Vous savez, je pratique l’athlétisme depuis mes 7 ans, si je n’y prenais pas de plaisir j’arrêterais tout de suite. Dans ma discipline, on vit 90 voire 95% de préparation, et peu de compétitions au final. Je suis toujours très impatient d’y être, j’ai d‘ailleurs du apprendre à gérer cette attente. Alors inutile de vous dire qu’à l’approche des JO, c’est l’excitation qui prédomine !